THEATRE:

 

Extraits des articles
parus autour de
"Le fou rire des Lilliputiens"
au Théâtre Saint-Gervais de Genève

Mise en scène de Sandra Amodio


Délire onirico-pornographico-cosmologique, ce texte est un véritable délice. Sous une averse savamment maîtrisée de kitch visuel et langagier, une réflexion drolatique et métaphysique sur la condition du monde actuel prend place entre le sage Ophir et deux jeunes éphèbes amoureux de lui, tous trois assis sur une pelouse truffée de Lilliputiens malicieux. Logorrhée jubilatoire de références antiques exhibées dans un mélange d’iconoclasme et d’appel à la sagesse des Anciens, ce spectacle formidable déploie une énergie rare et particulièrement communicative. Difficile de trouver une meilleure occasion pour entrer dans l’oeuvre d’ Arrabal.
HEBDO SUISSE (12 septembre 2001)



“La voix d’Arrabal gronde à Saint-Gervais : Le fou rire des Lilliputiens secoue Genève.”
La Tribune de Genève - 10 septembre 2001


“Sandra Amodio révèle une oeuvre inédite de Fernando Arrabal et fait souffler un vent de panique poétique.”
Le Temps - 11 septembre 2001


“Dans cette pièce d'Arrabal laisse éclore les fruits de sa fureur ricanante. Sandra Amodio les a ramassés et les accommodés avec un grand brio. Tout y passe : blanchiment des consciences et de l’argent, hypocrisie des grands, pornographie galopante, mysticisme, traficotages génétiques.”
La Tribune de Genève - 10 septembre 2001

“Le fauve rugit. Fernando Arrabal, à qui le scandale va si bien, chasse les impostures dans la jungle du pouvoir. Ses proies, il les achève sur la scène du Fou rire des Lilliputiens, pièce inédite que la Neuchâteloise Sandra Amodio fait résonner ces jours au Théâtre Saint-Gervais à Genève.”
Le Temps - 11 septembre 2001